Nevena Slović, studentkinja 3. godine osnovnih studija molekularne biologije na Univerzitetu u Strazburu

 
Nevena Slović, Serbie

Moje ime je Nevena Slović i imam 20 godina. Dolazim iz Priboja, malog grada u zapadnoj Srbiji i završavam osnovne studije na Fakultetu prirodnih nauka Univerziteta u Strazburu, smer molekularna i ćelijska biologija.

Francuska mi je pružila i više od očekivanog: pouzdan i efikasan obrazovni sistem, profesore spremne da me motivišu i pomognu da se orijentišem, a naročito mogućnosti za napredak koje nikad ne bih imala tokom ovog perioda studija u Srbiji (na primer, stipendirane međunarodne programe razmene ili stažiranje u institutima priznatim na globalnom nivou). Jedno ovakvo iskustvo je naročito doprinelo razvoju moje ličnosti, kao i bogatsva vokabulara, ne samo francuskog jezika već i drugih.

Izabrani program je sadržao većinu predmeta koje sam želela da pratim i koji bi mogli da mi pomognu se pripremim za nastavak - master iz oblasti genetike i molekularne biologije. Za sada sam prilično zadovoljna predavanjima i korišćenim metodama u francuskom sistemu, mada uvek postoji prostor za poboljšanje.

Jednom kad odlučite da odete sami u drugu zemlju u bilo koju svrhu, neophodno je razviti dobre adaptivne veštine i samokontrolu. Međutim, bilo je više situacija koje su me naučile da ne možete biti potpuno spremni za sve u životu. Naravno, pokušala sam da ostanem fokusirana na postizanje sopstvenih ciljeva i projekata.

Neznatne teškoće su bile uglavnom lične prirode i povezane sa mojim okruženjem (smeštajem koji sam imala), kao i one uzrokovane promenama koje donosi studentski život. Očigledno, morate imati malo sreće da budete okruženi dobrim i iskrenim ljudima koji doprinose kvalitetu života, ali posebno je važno imati samopouzdanja i strpljenja za sve što bi moglo poljuljati odlučnost.

Treću godinu osnovnih studija provodim na Imperial Koledžu u Londonu, u sklopu međunarodne razmene koju podržava moj fakultet. Planiram da se vratim u Francusku na master studije, jer mislim da mi, za sada, prijaju izazovi života i obrazovanja koje ova zemlja može da mi pruži.

///

Je m’appelle Nevena Slovicć et j’ai 20 ans. Originaire d’une petite ville située en Serbie de l’ouest, je suis en train de finir ma licence à l’Université de Strasbourg, Faculté des Sciences de la Vie, parcours biologie moléculaire et cellulaire.

La France m’a offert même plus de ce que j’avais imaginé : un système d’éducation fiable et efficace, des professeurs prêts à me motiver et à m’aider et m’orienter et notamment des opportunités d’avancement que je n’aurais jamais eu en cette période des études dans mon pays d’origine, comme par exemple, les échanges internationaux ou les stages dans les instituts reconnus globalement. Une telle expérience a également contribué au développement de ma personnalité ainsi qu’au vocabulaire de la langue française et autres.

Le programme choisi a contenu la plupart des unités d’enseignement que  je voulais suivre et qui pouvaient me préparer pour la suite-un master dans le domaine de génétique et la biologie moléculaire. Pour l’instant, je suis plutôt satisfaite des cours et des méthodes offerts dans mon parcours, bien qu’il y a toujours de la place pour l’amélioration.

Une fois qu’on décide de partir dans un autre pays quelle que soit la raison, de bonnes compétences adaptatives et la maîtrise de soi sont indispensables. Cependant, il y a eu de multiples situations qui m'ont apprise qu'on ne peut pas être complètement prêt pour tout dans la vie. Pourtant, il faut rester concentré sur la réalisation de vos propres attentes et projets.

Elles ont été de nature personnelle principalement, liées à mon environnement (l’endroit où je vivais) et l’adaptation au changement que la vie étudiante nous apporte. Évidemment, il faut avoir un peu de chance pour être entouré des personnes bonnes et sincères mais surtout avoir de la confiance en soi et de la patience.

La troisième année de licence je passe  à l’Impérial Collège à Londres, dans le cadre d’un échange international soutenu par ma faculté d’origine. Néanmoins, je voudrais retourner en France pour le master, vu que je me sens confortable avec les défis de la vie et de l'éducation que ce pays m’a offertes.